Émission commune Roumanie – France: LE GENERAL BERTHELOT, SUR LE FRONT ROUMAIN

En cette année du Centenaire de la Grande Union, Romfilatelia marque les relations cordiales entre la Roumanie et la France – un pays qui nous a soutenus dans tous les moments importants de l’histoire – par l’émission commune de timbres Le Général Berthelot, sur le front roumain. L’émission est composée de deux timbres, un pour chaque pays. Sur le timbre de la Roumanie ayant la valeur faciale de 5 lei est reproduite une photo du front où le général Berthelot décore un groupe d’officiers roumains à Onesti. Sur le timbre de la France ayant la valeur faciale de 8.50 lei se trouve le portrait d’Henri Mathias Berthelot avec à l’arrière-plan l’esquisse du manoir du département de Hunedoara qui a appartenu au général. L’émission philatélique dédiée au général Berthelot ouvre la Saison culturelle Roumanie-France (le 27 novembre 2018 – le 14 juillet 2019).

Le général Henri Mathias Berthelot est né le 7 décembre 1861 dans le village français de Feurs. Il a suivi de façon exemplaire les étapes de la carrière militaire : diplômé de l’École Militaire de Saint-Cyr (1883) et de l’École Supérieure de Guerre de Paris (1890). Berthelot achève son stage militaire en Algérie (1883), où il a exercé des responsabilités d’officier subordonné. Il s’est perfectionné dans l’art de la guerre sur les théâtres d’opérations du Vietnam, où il a participé aux campagnes pour la conquête du Tonkin (1883-1885). Après son retour en France, il a occupé des fonctions auprès du Grand État-Major. Lorsqu’éclate la Première Guerre Mondiale, il conçoit le plan d’opérations par lequel la France s’engage dans le conflit, aux côtés du maréchal Joseph Joffre. Le général Berthelot a lutté pour défendre les frontières du nord de la France dans la première bataille de Marne, la bataille de Verdun etc.

Les relations cordiales entre Henri Mathias Berthelot et la Roumanie ont commencé en 1916, lorsqu’il est nommé chef de la Mission Militaire Française. Le corps expéditionnaire avait pour objectif de réorganiser l’armée roumaine, vaincue et en perte de moral après la campagne de l’été et de l’automne de 1916. Le général, avec 1.500 soldats français, est arrivé en Roumanie en octobre 1916. La route était difficile, la mission militaire étant forcée d’atteindre la Moldavie par la Russie. Dans sa marche, le général Berthelot a rencontré le tsar Nicolas II, qui a déclaré qu’il était prêt à sacrifier le territoire de la Roumanie dans la guerre avec les Allemands.

Une fois arrivé à Iasi, Henri Mathias Berthelot commença la réorganisation de l’armée roumaine, en tant que principal conseiller du roi Ferdinand Ier. Le général a eu une excellente relation avec la famille Royale, une amitié qui va aussi aider la Roumanie après la guerre, lors des négociations pour la paix.

Lors des premiers mois passés à Iasi, le général Berthelot a étudié la situation sur le front. L’instruction effective de l’armée roumaine débute en janvier 1917 et son optimisme et son souci des soldats redonnent courage aux officiers et aux soldats roumains. Les soldats paysans le regardaient avec sympathie, et le surnommaient « gheneralul Burtalau » (« le général au gros ventre »), car il leur était impossible de prononcer son nom en français.

Henri Mathias Berthelot s’est préoccupé personnellement de la mise en place des liaisons téléphoniques entre les points de commandement et les unités du champ de bataille, un réseau qui manquait à la Roumanie lors de son entrée en guerre. Deux armées roumaines ont été organisées, comprenant 400.000 personnes, mêlées aux armées russes. Dans un rapport envoyé aux supérieurs français, le général Berthelot note: « Le soldat est bon, très fort, très résistant, il marche, ne se plaint jamais. Le Roumain n’a pas peur des balles. Il attaque plein de bravoure malgré les mitrailleuses et la fusillade de l’ennemi, quant aux officiers, à quelques exceptions près, ils ont fait preuve de courage et de dévouement.»

En reconnaissance de ses efforts, le Parlement désigne le général Berthelot, le 21 mai 1917, « citoyen d’honneur de la Roumanie ». Sa contribution à la réorganisation de l’armée roumaine a été observée pendant les glorieuses batailles de Marasti, Marasesti et Oituz au cours de l’été de 1917. La révolution bolchevique en Russie a changé quand même la situation du front, de sorte que la Roumanie a dû négocier la paix avec les Puissances Centrales. Le général Berthelot a quitté Iasi en mars 1918.

En France, il prit part à la deuxième bataille de Marne en juillet 1918 et à l’automne, il fut envoyé dans les Balkans. Il a conduisit une marche triomphale, de Thessalonique à  Bucarest, au cours de laquelle il débarrassa la région des restes des armées des Puissances Centrales. Le 1er décembre 1918, Henri Mathias Berthelot entra à Bucarest avec la famille Royale, geste symbolique qui consacrait la victoire de la Roumanie dans la Première Guerre Mondiale.

Le Général Berthelot était aux côtés du roi Ferdinand et de la reine Marie lors du Couronnement d’Alba Iulia, le 15 octobre 1922. C’est aussi, en octobre 1922, dans un geste de gratitude, que le Parlement a offert au général un manoir et un terrain agricole dans le village Farcadinul de Jos, dans le département de Hunedoara. L’année suivante, ce village a changé le nom, devenant la commune Général Berthelot. L’Académie Roumaine a également reconnu la contribution d’Henri Mathias Berthelot à l’édification de la Grande Roumanie, et le général fut élu membre d’honneur le 5 juin 1926.

Le général Berthelot est mort à Paris le 28 janvier 1931. Par testament, il a cédé à l’Académie Roumaine le domaine de Hunedoara, ainsi que ses avoirs dans  les banques roumaines. L’argent devait être utilisé « soit pour des études et des recherches dans une université française, soit pour des frais d’entretien pour compléter des études dans une grande école française, civile ou militaire ».

 

Romfilatelia remercie la Bibliothèque de l’Académie Roumanie pour le soutien documentaire et photographique qu’elle a apporté en vue de la réalisation de cette émission de timbres-poste.